Clichés de famille
Oser (re)parler politique à table
On paie trop d’impôts

Votre beau-père se fait une joie de le glisser dans chaque conversation : "y en a marre, on croule sous les impôts en Belgique !".

Vraiment ?

En réalité, les Belges sont loin d'être égaux devant l'impôt ! Proportionnellement à leurs revenus, les citoyens les plus riches payent moins d'impôts que les autres. Un exemple ? Comme le montre le graphique ci-dessous, en Belgique, les taux d'imposition appliqués aux revenus du capital (issus de dividendes, d'intérêts et de plus-values) - qui reviennent largement aux plus fortunés - sont nettement moins taxés que les revenus issus du travail (les salaires).

En outre, la progressivité de l'impôt sur le travail (principe selon lequel ceux qui gagnent le plus doivent payer le plus) est faible dans notre pays. Exemple : aujourd'hui, le salaire d'un enseignant en fin de carrière et celui d'un directeur général (PDG) d'une grande entreprise sont soumis au même taux marginal de 50%. Ne serait-il pas plus juste - en raison de la différence de salaire qui les sépare - que le premier soit moins imposé que le second ?

Les revenus du capital sont moins taxés que ceux du travail

Taux d'imposition maximal des revenus issus du travail et du capital en Belgique (2013)

50%
Travail
25%
Capital

Source: Code des impôts sur les revenus 1992, affectueusement nommé CIR 1992